Archives de Tag: ordre psychologique

Accepter le passé (2)- Une méditation et prière par Swami Dayananda Saraswati

Pour faire suite à mon billet précédent sur le processus qui conduit à l’acceptation du passé, une nécessité soulignée par la psychologie et par toutes les traditions spirituelles, voici une seconde méditation et prière de Swami Dayananda Saraswati à ce sujet :

O Seigneur, je te demande de l’aide
Pour être capable d’accepter mon passé.
Le passé n’est pas le méchant de l’histoire,
Et ne doit pas être considéré avec mépris.
Le passé a fait de moi ce que je suis maintenant.

Chaque expérience était une source d’enrichissement.
Le problème ne vient pas du fait que j’ai un passé
Mais de ce que je me vois comme une victime du passé
Parce que je l’accepte pas.

Que cela devienne clair pour moi.
Je ne hais pas mon passé.

Dans la haine, il y a déni, rejet du passé. Je ne peux renier mon passé et encore moins le rejeter. Le passé est ce qu’il est, c’est un fait déjà accompli. Je ne peux absolument rien y changer, c’est un fait. Le problème est que lorsque je rejette le passé, lorsque j’éprouve du ressentiment envers le passé, je ne l’accepte pas.

Lorsque je me critique, je critique le passé. Cela veut dire que je ne l’accepte pas. Plus je vois que le passé ne peut pas changer, plus je me libère de mon ressentiment, ma rancoeur, mon animosité, ma colère, mes remords, mes regrets, etc.

Nous dépensons notre temps et notre énergie à éprouver de la colère contre le passé. Je demande de l’aide car c’est une chose de comprendre le passé mais une  autre d’être libre de tout ressentiment et de rancune envers lui. La prière agit car il y a soumission, reddition.

La prière est elle-même une action et son résultat s’appelle la grâce Je crée la grâce. Je n’attends pas que la grâce vienne à moi. Je l’invoque par la prière. La prière produit aussi un résultat parce qu’il y a une acceptation de mon impuissance dans la soumission.

Si je comprends comment je ne peux rien changer à mon passé, pourquoi se fait-il que je sois en colère ? Pourquoi ai-je tant de haine envers moi-même ? Pourquoi tant de critiques envers moi-même ? Je suis impuissant, isolé, seul, dépourvu de ressources. Mon effort, ma volonté entre en jeu dans la reconnaissance de mon impuissance et dans ma capacité à prier. Ma volonté est utilisée de manière réfléchie pour me soumettre. Dans cette soumission, c’est la volonté qui est soumise, et pour soumettre et suspendre ma  volonté, j’utilise ma volonté.

Il faut voir la beauté de la prière. II n’y a aucune méditation, aucun rituel, sans prière. Nulle technique ne peut remplacer la prière car dans toute technique, la volonté est toujours là. Ici, la volonté se soumet volontairement et cette soumission accomplit des miracles. Dans la soumission elle-même, il y a acceptation. Comprenez que dans la soumission, il y a acceptation du passé.

Je ne change pas l’esprit qui se critique lui-même. Je ne veux pas d’un esprit qui ne critiquera pas les autres ou moi-même. Ce n’est pas là le problème pour moi. Tout ce que je veux, c’est d’accepter cet esprit, de pouvoir accepter l’esprit qui se critique, se fustige, se juge lui-même.

Quand je dis que j’accepte mon passé, alors j’accepte les conséquences du passé. Le résultat du passé est l’auto-critique. J’accepte l’esprit tel qu’il est, les pensées telles qu’elles sont. Je n’ai pas peur de ce mental qui se juge lui-même, de ce mental qui se condamne lui-même. Je recherche la capacité d’accepter totalement ces pensées auto­critiques.

O Seigneur, aide-moi à accepter
Cet esprit qui se juge, se critique,
Se condamne et se lamente sur lui-même.

Aide-moi, je t’en prie.
Je soumets ma volonté
Car j’ai essayé d’utiliser ma volonté pour changer.

Cela n’a pas marché. Cela ne marchera jamais.
Alors, j’abandonne.

Je n’abandonne pas par impuissance,
Je m’abandonne à toi de manière réfléchie
Je m’en remets à toi
Je livre ma volonté dans tes mains.

Je n’ai aucune raison de désespérer.
Tout ce que je veux c’est d’accepter ce passé et ses conséquences.

Je ne tente pas d’éviter ces pensées auto-critiques,
Je ne cherche pas ta grâce pour les éliminer.
Donne moi Ta grâce pour accepter toutes ces pensées.

Pour aller plus loin

Quelques liens vers le site, Vedanta, Découvrir ce qui est:

[1] La maturité et la connaissance, Devenir un être humain mature

[2] La maturité et la connaissance, L’individu et le tout

[3] Article en pdf, La vision védique de Dieu

[4] Article en pdf, Entrer en relation avec Isvara

[5] Article en pdf, Tout sur la grâce

[6] Acheter ce livre de Swami Dayananda sur Amazon

Accepter le passé (1)- Une méditation et prière par Swami Dayananda

Accepter le passé. Se libérer du poids de notre passé et de son influence sur notre comportement dans le présent.  C’est là une nécessité soulignée à la fois par la psychologie et par toutes les traditions spirituelles. Mais comment mener à bien ce processus ?

Ce processus implique de revisiter patiemment, intimement les évènements de notre passé en y incluant les individus qui ont contribué à notre histoire personnelle. Il est mené à la lumière de notre compréhension de l’ordre, de cette intelligence et de ce pouvoir infini présent au sein même de l’univers, supportant et imprègnant tout être et objet.

En effet, le ‘grand ordre’ qui est manifesté sous la forme de l’ordre physique, biologique, physiologique, l’ordre du dharma et du karma, etc. et de leurs lois,  se manifeste également sous la forme de l’ordre psychologique. Cet ordre est présent au coeur de mes pensées, de mes émotions, de la manière dont je me comporte et interagis avec le monde extérieur. Plus je vois cet ordre en moi et en aussi en chacune des personnes qui ont eu une influence sur mon passé, plus j’accepte mon passé sans résistance, demandes ni attentes.

Il y a donc là un travail minutieux et immense, d’intégration, d’acceptation de tous les éléments qui constituent notre passé. Il est mené avec un regard bienveillant et objectif, un état d’esprit d’ouverture qui est capable d’accueillir les faits du passé tels qu’ils sont.

Voici une méditation de Swami Dayananda Saraswati qui nous donne quelques éléments pour initier ce processus:

Lorsque je dis que j’accepte le passé, de quel type d’acceptation s’agit-il ? Est-ce une acceptation avec réluctance, résistance, à contre coeur  ou avec du ressentiment ? Ou est-ce une acceptation simple et pleine ? Quand j’accepte avec ressentiment ou à contre coeur, mon attitude envers ce qui est accepté est différente. Lorsque j’accepte totalement, mon état d’esprit est différent. J’accepte avec résistance ou sans enthousiasme un travail qu’on m’offre et que je n’aime pas. Mais quand quelqu’un m’offre une fleur, je l’accepte pleinement, totalement avec gratitude et joie.

L’état d’esprit requis dans l’acceptation est celui qui est présent lorsque j’accepte joyeusement certains aspects de la nature, comme les montagnes, les arbres ou le ciel. Pour comprendre cet état d’esprit, cette disposition, imaginez un ciel bleu et clair ou un ciel nocturne éclairé par la lumière de la lune, les étoiles et les planètes, qui brillent et scintillent. Je ne veux pas que le ciel soit différent, encore moins les étoiles, la lune et les nuages qui passent. Je ne veux pas non plus être différent. Il y a une acceptation totale.

Dans ce cas, je suis totalement objectif; mes désirs, mes préférences et aversions ont disparu. Je ne blâme pas le ciel. Je ne condamne rien ; je suis totalement objectif. J’accepte ce qui est. Si je dois accepter mon passé, avec tous ces personnages, ces gens et ces situations qui composent mon passé, tous ceux qui ont joué un rôle dans la construction de mon passé, je les accepte comme j’accepte le ciel. Puis-je, avec ce même état d’esprit accepter toutes les personnes qui ont eu leur part dans mon passé ? Chacun a contribué à mon passé, à mes souffrances, à ma peine et à ma douleur.

Tout en reconnaissant leur contribution, je ne peux me permettre de blâmer aucun d’entre d’eux. Chacun a agi comme il ou elle l’a fait à cause de son passé, sa propre histoire personnelle. Nul ne pouvait faire plus que ce qu’il ou elle a fait. Enfant, je ne pouvais pas faire mieux non plus. En conséquence, j’accepte l’enfant en moi et mon interprétation de toutes ces situations. J’accepte totalement chacune des personnes concernées. J’arrive à recevoir, à accueillir ces personnes avec le même état d’esprit que j’ai quand je regarde un ciel limpide et bleu.

J’accepte ma mère, ses problèmes, ses attitudes, son manque de sensibilité avec le même état d’esprit. J’accepte mon père, ses problèmes, ses habitudes, sa colère et son manque d’attention. Je n’ai aucune difficulté à accepter leurs qualités. Mon problème est uniquement au niveau de leur manque d’attention et de sensibilité à mon égard.

Chacun est comme il ou elle peut être. Nul ne peut être plus que ce qu’il est. J’accepte le feu tel qu’il est, chaud. De même, objectivement, j’accepte mon père et ma mère, mes soeurs et mes frères.

Toutes les personnes qui sont entrées dans ma vie, contribuant d’une manière ou d’une autre et à un certain degré à ma souffrance, je les accepte toutes. Je le fais en sachant pleinement qu’elles ont chacune causé en moi un certain degré de souffrance. Je ne prétends pas qu’ils ou elles étaient des anges. Je ne dis pas qu’ils étaient bons envers moi. Je reconnais leur rôle dans ma souffrance. Dans le même temps, je les accepte objectivement pour ce qu’ils sont, mes maîtres, mes collègues, mes amis, mes flirts ; ils ont tous contribué à mes blessures intérieures à leur façon. Je les accueille, les intègre, les reçois en moi, un à un, avec le même état d’esprit que lorsque je regarde le ciel.

Mon état d’esprit n’est peut-être pas comparable à celui qui m’habite quand on m’offre une fleur. Je pourrai avoir cet état d’esprit plus tard, mais pour l’instant, ce que je veux c’est cette attitude avec laquelle je regarde le ciel, les montagnes, les arbres et les animaux à l’état sauvage. Avec une certaine objectivité dans mon regard, j’accepte chaque personne au fur et à mesure que je les évoque en pensée. Il y a là un processus patient, détaillé et exhaustif. Je n’oublie personne. Je ne condamne personne.

Une autre erreur commune est que nous nous condamnons nous-même. Je ne me blâme pas. Enfant, j’étais totalement impuissant et plus tard, en grandissant, souvent désemparé. La personnalité qui s’est formée dans mon enfance quand j’étais impuissant a continué d’interpréter les situations, me maintenant dans mon impuissance. Je ne suis donc pas à blâmer, et je ne veux pas non plus blâmer les autres. Je ne peux pas me permettre de les condamner.

O Seigneur, je prie pour que tu me donnes
Un état d’esprit qui accepte totalement
Chaque individu avec lequel j’étais en relation
Et qui m’a affecté.

Chacun est seulement
Comme il ou elle peut être.
Je ne blâme aucun d’entre eux

O Seigneur, donne-moi cet état d’esprit
Qui fera que j’accepte toutes ces personnes
Telles qu’ils étaient, telles qu’elles sont

Je ne veux pas changer mon passé
Parce que je ne peux pas le changer
Je ne peux pas changer des événements
Qui ont déjà eu lieu
Je ne peux non plus changer mes réactions.

Tout ce que je recherche, ô Seigneur
C’est un état d’esprit objectif
Puis éventuellement un esprit joyeux
Donne-moi un esprit objectif
Afin que je puisse accepter tous ces personnages
Qui ont joué un rôle dans l’histoire de ma vie
Quelle histoire !

Je ne peux pas changer le déroulement de cette histoire
Elle a déjà été mise en scène et jouée

O Seigneur, accorde moi d’avoir cette disposition d’esprit
Qui m’aide à revenir
Sur toute la suite d’évènements de cette histoire
Et sur chacun des acteurs
Objectivement
Avec humour et légèreté

Je ne veux changer aucun des événements
Parce que je ne peux pas les changer

Quand je blâme, je veux changer
Quand je me plains, je veux changer
Quand j’éprouve du ressentiment,
Je veux changer

O Seigneur
Donne­-moi l’état d’esprit
Qui acceptera tous ces personnages
Et la manière dont j’ai réagi à leurs actions.

Pour aller plus loin

Quelques liens vers le site, Vedanta, Découvrir ce qui est:

[1] La maturité et la connaissance, Devenir un être humain mature

[2] La maturité et la connaissance, L’individu et le tout

[3] Article en pdf, La vision védique de Dieu

[4] Article en pdf, Entrer en relation avec Isvara

[5] Article en pdf, Tout sur la grâce

[6] Acheter ce livre de Swami Dayananda sur Amazon