Un Regard sur l’Univers: un entretien avec l’astrophysicien Trinh Xuan Thuan

Afin de compléter mon billet précédent sur La nouvelle histoire de l’Univers, voici un entretien filmé avec Trinh Xuan Thuan accompagné de magnifiques images.

L’astrophysicien Trinh Xuan Thuan raconte, avec une étonnante simplicité, la grande épopée de l’Univers, de sa naissance jusqu’à l’émergence de la vie. L’architecture de l’Univers recèle une des plus grandes énigmes de la science. Pour la découvrir, il nous ouvre les portes de l’infiniment grand galaxies lointaines, étoiles géantes, planètes du système solaire et de l’infiniment petit atomes, molécules ou bactéries. Sa vision personnelle de l’Univers, son regard, enrichi au contact de la pensée Bouddhiste, jette un éclairage sur la frontière mystérieuse qui sépare la Religion de la Science.

Jérôme Corbiau, cinéaste et auteur de ce film intitulé ‘Un regard sur l’univers’

Ce fim a été posté par le cinéaste lui-même, sur Youtube en trois parties. Si vous avez d’autres liens à suggérer sur ce sujet, merci de nous laisser un petit mot de commentaire.

N’oubliez pas de voir en bas de page les liens et lectures suggérées, pour aller plus loin.

Un regard sur l’Univers 2/3

Un regard sur l’Univers 3/3

Pour aller plus loin:

[1] Brian Swimme « Journey of the Universe » | Talks at Google sur  https://www.youtube.com/watch?v=YOlkkMxAhj4

[2] Liste complète des ouvrages et des vidéos de Trinh Xuan Thuan sur son site http://www.trinhxuanthuan.fr/

Liens vers d’autres articles sur le même sujet sur ce Blog :

[1] La nouvelle histoire de l’Univers

[2] Omniprésente Intelligence

[3] Modern cosmology & Vedanta : Does the universe have a beginning?

[4] Some insights into karma

Liens vers notre site, Vedanta, Découvrir ce qui est :

[1] L’équation Tu es Cela, la cause de l’univers

[2] L’équation Tu es Cela, la nature de ‘Cela’

[3] Article en pdf, La vision védique de Dieu

TED Talks : Voyage au coeur de la compassion

Une vidéo en anglais de TED talks sur la compassion, par notre enseignant  Swami Dayananda Saraswati, avec des sous-titres en français (pas toujours très bien traduits par TED…ce que j’ai tenté de corriger dans l’extrait ci-dessous)

N’hésitez pas à partager vos commentaires sur cette vidéo et sur ce que la compassion signifie pour vous !

Vous pouvez voir d’autres vidéos sur le thème de la compassion à  http://www.ted.com/themes/the_charter_for_compassion.html et aussi visiter le site ‘the Charter for Compassion’ à http://charterforcompassion.org/

Pour aller plus loin

Quelques liens vers le site, Vedanta, Découvrir ce qui est:

[1] La maturité et la connaissance, Devenir un être humain mature

[2] La maturité et la connaissance, L’individu et le tout

[3] Article en pdf, Devenir une personne aimante

 

Accepter le passé (1)- Une méditation et prière par Swami Dayananda

Accepter le passé. Se libérer du poids de notre passé et de son influence sur notre comportement dans le présent.  C’est là une nécessité soulignée à la fois par la psychologie et par toutes les traditions spirituelles. Mais comment mener à bien ce processus ?

Ce processus implique de revisiter patiemment, intimement les évènements de notre passé en y incluant les individus qui ont contribué à notre histoire personnelle. Il est mené à la lumière de notre compréhension de l’ordre, de cette intelligence et de ce pouvoir infini présent au sein même de l’univers, supportant et imprègnant tout être et objet.

En effet, le ‘grand ordre’ qui est manifesté sous la forme de l’ordre physique, biologique, physiologique, l’ordre du dharma et du karma, etc. et de leurs lois,  se manifeste également sous la forme de l’ordre psychologique. Cet ordre est présent au coeur de mes pensées, de mes émotions, de la manière dont je me comporte et interagis avec le monde extérieur. Plus je vois cet ordre en moi et en aussi en chacune des personnes qui ont eu une influence sur mon passé, plus j’accepte mon passé sans résistance, demandes ni attentes.

Il y a donc là un travail minutieux et immense, d’intégration, d’acceptation de tous les éléments qui constituent notre passé. Il est mené avec un regard bienveillant et objectif, un état d’esprit d’ouverture qui est capable d’accueillir les faits du passé tels qu’ils sont.

Voici une méditation de Swami Dayananda Saraswati qui nous donne quelques éléments pour initier ce processus:

Lorsque je dis que j’accepte le passé, de quel type d’acceptation s’agit-il ? Est-ce une acceptation avec réluctance, résistance, à contre coeur  ou avec du ressentiment ? Ou est-ce une acceptation simple et pleine ? Quand j’accepte avec ressentiment ou à contre coeur, mon attitude envers ce qui est accepté est différente. Lorsque j’accepte totalement, mon état d’esprit est différent. J’accepte avec résistance ou sans enthousiasme un travail qu’on m’offre et que je n’aime pas. Mais quand quelqu’un m’offre une fleur, je l’accepte pleinement, totalement avec gratitude et joie.

L’état d’esprit requis dans l’acceptation est celui qui est présent lorsque j’accepte joyeusement certains aspects de la nature, comme les montagnes, les arbres ou le ciel. Pour comprendre cet état d’esprit, cette disposition, imaginez un ciel bleu et clair ou un ciel nocturne éclairé par la lumière de la lune, les étoiles et les planètes, qui brillent et scintillent. Je ne veux pas que le ciel soit différent, encore moins les étoiles, la lune et les nuages qui passent. Je ne veux pas non plus être différent. Il y a une acceptation totale.

Dans ce cas, je suis totalement objectif; mes désirs, mes préférences et aversions ont disparu. Je ne blâme pas le ciel. Je ne condamne rien ; je suis totalement objectif. J’accepte ce qui est. Si je dois accepter mon passé, avec tous ces personnages, ces gens et ces situations qui composent mon passé, tous ceux qui ont joué un rôle dans la construction de mon passé, je les accepte comme j’accepte le ciel. Puis-je, avec ce même état d’esprit accepter toutes les personnes qui ont eu leur part dans mon passé ? Chacun a contribué à mon passé, à mes souffrances, à ma peine et à ma douleur.

Tout en reconnaissant leur contribution, je ne peux me permettre de blâmer aucun d’entre d’eux. Chacun a agi comme il ou elle l’a fait à cause de son passé, sa propre histoire personnelle. Nul ne pouvait faire plus que ce qu’il ou elle a fait. Enfant, je ne pouvais pas faire mieux non plus. En conséquence, j’accepte l’enfant en moi et mon interprétation de toutes ces situations. J’accepte totalement chacune des personnes concernées. J’arrive à recevoir, à accueillir ces personnes avec le même état d’esprit que j’ai quand je regarde un ciel limpide et bleu.

J’accepte ma mère, ses problèmes, ses attitudes, son manque de sensibilité avec le même état d’esprit. J’accepte mon père, ses problèmes, ses habitudes, sa colère et son manque d’attention. Je n’ai aucune difficulté à accepter leurs qualités. Mon problème est uniquement au niveau de leur manque d’attention et de sensibilité à mon égard.

Chacun est comme il ou elle peut être. Nul ne peut être plus que ce qu’il est. J’accepte le feu tel qu’il est, chaud. De même, objectivement, j’accepte mon père et ma mère, mes soeurs et mes frères.

Toutes les personnes qui sont entrées dans ma vie, contribuant d’une manière ou d’une autre et à un certain degré à ma souffrance, je les accepte toutes. Je le fais en sachant pleinement qu’elles ont chacune causé en moi un certain degré de souffrance. Je ne prétends pas qu’ils ou elles étaient des anges. Je ne dis pas qu’ils étaient bons envers moi. Je reconnais leur rôle dans ma souffrance. Dans le même temps, je les accepte objectivement pour ce qu’ils sont, mes maîtres, mes collègues, mes amis, mes flirts ; ils ont tous contribué à mes blessures intérieures à leur façon. Je les accueille, les intègre, les reçois en moi, un à un, avec le même état d’esprit que lorsque je regarde le ciel.

Mon état d’esprit n’est peut-être pas comparable à celui qui m’habite quand on m’offre une fleur. Je pourrai avoir cet état d’esprit plus tard, mais pour l’instant, ce que je veux c’est cette attitude avec laquelle je regarde le ciel, les montagnes, les arbres et les animaux à l’état sauvage. Avec une certaine objectivité dans mon regard, j’accepte chaque personne au fur et à mesure que je les évoque en pensée. Il y a là un processus patient, détaillé et exhaustif. Je n’oublie personne. Je ne condamne personne.

Une autre erreur commune est que nous nous condamnons nous-même. Je ne me blâme pas. Enfant, j’étais totalement impuissant et plus tard, en grandissant, souvent désemparé. La personnalité qui s’est formée dans mon enfance quand j’étais impuissant a continué d’interpréter les situations, me maintenant dans mon impuissance. Je ne suis donc pas à blâmer, et je ne veux pas non plus blâmer les autres. Je ne peux pas me permettre de les condamner.

O Seigneur, je prie pour que tu me donnes
Un état d’esprit qui accepte totalement
Chaque individu avec lequel j’étais en relation
Et qui m’a affecté.

Chacun est seulement
Comme il ou elle peut être.
Je ne blâme aucun d’entre eux

O Seigneur, donne-moi cet état d’esprit
Qui fera que j’accepte toutes ces personnes
Telles qu’ils étaient, telles qu’elles sont

Je ne veux pas changer mon passé
Parce que je ne peux pas le changer
Je ne peux pas changer des événements
Qui ont déjà eu lieu
Je ne peux non plus changer mes réactions.

Tout ce que je recherche, ô Seigneur
C’est un état d’esprit objectif
Puis éventuellement un esprit joyeux
Donne-moi un esprit objectif
Afin que je puisse accepter tous ces personnages
Qui ont joué un rôle dans l’histoire de ma vie
Quelle histoire !

Je ne peux pas changer le déroulement de cette histoire
Elle a déjà été mise en scène et jouée

O Seigneur, accorde moi d’avoir cette disposition d’esprit
Qui m’aide à revenir
Sur toute la suite d’évènements de cette histoire
Et sur chacun des acteurs
Objectivement
Avec humour et légèreté

Je ne veux changer aucun des événements
Parce que je ne peux pas les changer

Quand je blâme, je veux changer
Quand je me plains, je veux changer
Quand j’éprouve du ressentiment,
Je veux changer

O Seigneur
Donne­-moi l’état d’esprit
Qui acceptera tous ces personnages
Et la manière dont j’ai réagi à leurs actions.

Pour aller plus loin

Quelques liens vers le site, Vedanta, Découvrir ce qui est:

[1] La maturité et la connaissance, Devenir un être humain mature

[2] La maturité et la connaissance, L’individu et le tout

[3] Article en pdf, La vision védique de Dieu

[4] Article en pdf, Entrer en relation avec Isvara

[5] Article en pdf, Tout sur la grâce

[6] Acheter ce livre de Swami Dayananda sur Amazon

 

Quelle est votre sphère d’influence?

Voici une courte vidéo réalisée pour Times of India dans le cadre de leur campagne de recherche de nouveaux et jeunes leaders pour l’Inde.

Nous sous-estimons parfois notre sphère d’influence ce qui nous conduit à ne pas nous engager dans l’action.

Le message est fort et résonne bien au delà des frontières de l’Inde…

Non dualité en bandes dessinées…??

Omni present map - Bob Seal

Une amie nous a envoyé un message avec comme titre Non dualité en bandes dessinées. Quand j’ai vu ce titre, je me suis dit que c’était là une association totalement incongrue de mots et de mondes…

A ma surprise, ce mariage marche ! A cause de l’humour, de la légèreté, du sens de la dérision et de la provocation…qui font partie intégrante de l’enseignement.

C’est un plaisir de voir comment Bob Seal parvient à nous faire réfléchir et sourire sur certaines idées préconçues que nous avons au sujet du Vedanta et aussi sur les montagnes d’incompréhension, de résistance que l’enseignement peut soulever ! J’espère que les dessins de Bob Seal donneront des idées à des dessinateurs français passionnés de Vedanta, ou pour être plus réaliste, disons à des passionnés de Vedanta qui savent dessiner…

Le saut du chercheur - Je sauterai si tu me promets que je ne vais pas mourir !

Le saut du chercheur – Je sauterai si tu me promets que je ne vais pas mourir !

Pour voir d’autres dessins de Bob Seal, voir sa collection à http://advaitatoons.blogspot.com/ et sur son site à http://www.bobseal.com/.

Vilayanur Ramachandran – A propos de votre esprit – TED

Pour prolonger mon billet précédent sur L’esprit, la conscience et le sentiment de soi, voici une vidéo de Vilayanur Ramachandran. Dr V. Ramachandran est neurologue et Directeur du ‘Center for Brain and Cognition’ à l’université de Californie, San Diego, et professeur adjoint au Salk Institute.

C’est un orateur exceptionnellement brillant qui nous explique ici au travers trois pathologies peu courantes le fonctionnement du cerveau humain, de manière simple, directe et pleine d’humour. Son approche, qui est la plus couramment utilisée dans ce domaine, est de faire correspondre (‘map’ en anglais) les fonctions de l’esprit à des structures physiques du cerveau, en étudiant certains désordres cérébraux causés par des blessures, des accidents vasculaires cérébraux, ou des maladies d’origine génétique, etc. Ces recherches permettent à la neurobiologie d’explorer et de tenter d’apporter des réponses sur la nature du je et de la conscience humaine.

Dans le même domaine que la vidéo de Vilayanur Ramachandran, voici les deux vidéos sous-titrées en français :

Jill Bolte Taylor qui raconte l’attaque cérébrale foudroyante dont elle a été victime, ce qui lui a permis d’observer comment les fonctions de son cerveau, gestes, parole et conscience de soi se sont arrêtées les unes après les autres.

-le philosophe et scientifique Dan Dennett sur la conscience.

 

Faire face à la mort – Naibedya 18 et 1, Rabindranath Tagore

Ces deux poèmes (que j’ai tenté de rendre en français) font partie d’un recueil de 100 poèmes, Naibedya, Dialogues avec le Seigneur du Coeur (Dialogues with the Lord of the Heart), de Rabindranath Tagore. Ce recueil a été traduit du bengali en anglais par Shailesh Parekh et publié par A Writers Workshop Saffronbird Book, 2002, Ahmedabad.  Ils évoquent en quelques mots profondément émouvants la manière dont l’être humain peut faire face à la mort en l’accueillant avec la conscience de la présence du Seigneur de la Vie et de l’Univers.

Naibedya 18

Aujourd’hui, tu as envoyé un messager de la mort à ma porte.

Portant ton invitation, il a traversé l’océan et est venu sur ce rivage.

Aujourd’hui, la nuit est sombre et mon cœur est anxieux de peur.

Pourtant, avec une lampe dans les mains, j’ouvrirai la porte et le saluerai humblement.

Aujourd’hui, tu as envoyé un messager de la mort à ma porte.

Avec les mains jointes, je l’adorerai de mes larmes anxieuses.

Je l’adorerai en offrant la richesse de mon cœur à ses pieds.

Exécutant ton commandement, quand il reviendra, laissant mon matin sombre, je m’assiérai dans ma place vide et m’offrirai à tes pieds.

Aujourd’hui, tu as envoyé un messager de la mort à ma porte.

 
Naibedya 1

Seigneur de ma vie, je me tiendrai toujours devant toi.

Seigneur de l’univers, les mains jointes, je me tiendrai devant toi.

Sous ton ciel sans fin, dans la solitude et l’humilité du cœur et les larmes aux yeux, je me tiendrai devant toi.

Dans ton monde aux couleurs bouleversantes et variées, sur les rives de l’océan de l’action, au milieu de tous les peuples du monde, je me tiendrai devant toi.

Quand mon dessein dans ce monde sera servi, ô roi des rois, sans un mot, je me tiendrai seul devant toi.